Jade Bekhti, Hypnothérapeute à Paris 16

14 rue Le Sueur, 75016 Paris
07 81 99 60 98
Disponible de 9h à 12h et de 14h à 19h
Jade BEKHTI
Thérapeute
 

Jade Bekhti, Hypnothérapeute à Paris 16

 
Indisponible aujourd'hui
 
07 81 99 60 98
 
14 rue Le Sueur, 75016 Paris
Jade BEKHTI
Thérapeute

Nous nous posons tous la même question : quand cela va-t-il enfin s’arrêter ?
Cette expérience, difficile à supporter psychologiquement et physiquement, est vécue différemment par chacun d’entre nous. Certains s’en accommodent, d’autres moins, beaucoup en souffrent.

Une charge mentale, mais relativisons !

Réduction des libertés, perte de contact social, burn-out pour ceux qui doivent gérer à la fois leur mission professionnelle, la présence permanente des enfants ( ah! les cours en ligne et le calvaire des connexions difficiles - je sais ce que c’est, je suis aussi maman), les tâches domestiques... C’est réellement une épreuve.

Une confidence :
Le confinement, je l’ai déjà vécu, par le passé, dans mon pays natal. Mais c’était une autre sorte de confinement : celui que nous imposait la guerre civile.
Les magasins fermés, le couvre feu, ne pas sortir, ne pas même allumer la lumière le soir , les fenêtres ouvertes, à cause du danger qui rôdait dans les rues. Et nous n’avions ni internet, ni téléphone portable. Aucune ouverture vers le monde extérieur. Le black-out.

Et vous savez quoi ? Durant ces journées de « Restez chez vous », j’ai souvent pensé à cette période, et je me suis dit « ouf, je suis en France, j’ai de la chance ».
Je peux sortir faire mes courses, aller chez le médecin, courir, en respectant juste quelques consignes sanitaires. Je suis informée tout au long de la journée, notre sécurité est assurée par les autorités.
Loin de moi l’intention de minimiser les difficultés que vivent beaucoup d’entre nous,. Je veux juste relativiser : ce confinement, finalement, ce n’est pas si grave !

D’ailleurs, souvenez-vous de l’avant confinement.. .
On trouvait le moyen de s’énerver pour des futilités, s’impatienter à la caisse d’un supermarché, ou devant un serveur un peu lent. Rappelez-vous le bruit des voitures, la pollution, les embouteillages, la course pour chercher les enfants à l’école , la peur d’être en retard, les journées surchargées au bureau, les réunions interminables…

Ce bonheur tant attendu, mais comment ?

Vous verrez, le deconfinement va nous faire re-découvrir la valeur de nos libertés, savourer les promenades en famille, les pique-niques entre amis, s’enthousiasmer du simple bonheur d’aller siroter un verre à la terrasse d’une brasserie
Et oui, nous ne prenons conscience de ce que l’on possède qu’une fois qu’on l’a perdu. N’est ce pas ?

Une reprise accompagnée d’inquiétudes.

Relativiser ne signifie pas sous-estimer.
Pendant le confinement, notre cerveau a pris ses habitudes : décalage de sommeil, addictions renforcées au tabac, à l’alcool parfois, et même au sucre ! Cette période a fait de certaines d’entre nous des pâtissières professionnelles… Nos hanches en sont témoins !

La reprise du travail sera, n’en doutons pas, difficile. Entre la reprise de contact avec ses équipes, ses collègues, les réunions, les événements à réorganiser, l’école pour les enfants , il va falloir retrouver ses marques.
Réapprendre la normalité à notre cerveau tout en savourant cette nouvelle liberté qui nous a tant manqué, mais aussi gérer cette peur du virus invisible, toujours présent dans un dehors menaçant, éviter la paranoïa ..

Une expérience douloureuse pour mieux vivre l’après-crise.

Si nous savons tirer les leçons de ce qui s’est passé, nous pourrons aussi en tirer de grands bénéfices.

Et si nous adoptions un nouveau mode de vie ? Si nous changions notre façon de voir les événements, d’organiser le temps, de considérer les autres? Si nous apprenions à hierarchiser nos priorités ?

Vous pouvez tous le faire. Vous pouvez tous vous servir de cette expérience douloureuse comme d’un tremplin pour une vie meilleure, plus saine, plus conviviale, plus sereine, plus heureuse.
Il suffit d’être bien accompagné dans cette importante période de transition.
C’est notre mission de thérapeute que de vous y aider.


Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.